Actuellement sans ressource, tu as moins de 25 ans, tu es déscolarisé(e) et tu ne parviens pas à trouver un emploi ? La mission locale te propose un accompagnement renforcé, collectif et individuel, pour trouver un emploi ou une formation : La Garantie Jeunes ! Pendant un an, tu percevras une allocation mensuelle de 484,82€ pour t’aider à gagner en autonomie. Durant cette année, des mises en situations professionnelles sont effectuées afin de développer tes compétences et de choisir ton métier. Si tu es intéressé(e), rapproche-toi de ton conseiller.

Pour toute information complémentaire, tu peux te rendre à l’information collective tous les lundis à 14h sur l’antenne d’Herblay au 57, rue de Chantepuits, 95220 Herblay. (01.39.95.62.44)

Qui de mieux que les jeunes ayant eux-mêmes vécu l’expérience pour t’en parler ? Voici une petite vidéo sur les 13 raisons d’entrer en Garantie Jeunes et quelques témoignages :

Témoignages

« J’ai décroché un emploi en contrat aidé en crèche avec des enfants porteurs de handicap, ce qui était mon projet à long terme. » Mozna, 22 ans

Je m’appelle Mozna, j’ai 22 ans et j’ai toujours voulu travailler auprès d’enfants porteurs d’handicap.

J’ai validé un Bac pro secrétariat avec mention, pourtant ça ne me plaisait pas. Au collège, j’ai été mal orientée. Pourtant, mon stage de 3 ème, je l’avais fait dans un centre de loisirs, je faisais du baby-sitting, parce que j’aimais être avec les enfants. Mais je voulais faire encore plus, leur apporter quelque chose, me sentir utile.

J’avais une situation personnelle très compliquée, réellement besoin d’argent pour aider mes parents et de soutien pour m’en sortir. C’est pour ça que je suis entrée en Garantie Jeunes. Mon conseiller, David, est au top ! Au début, pendant le mois d’ateliers collectif, je n’osais pas trop prendre la parole, puis il m’a mise à l’aise. Il a été à l’écoute et m’a vraiment aidée. Il m’a encouragée à sortir de chez moi et à retrouver la confiance en moi que j’avais perdue.

La Garantie Jeunes m’a aidée à trouver un emploi rapidement : on a été au forum de l’emploi d’Ermont (95) en avril 2017 et j’ai pu travailler en interim très vite. Puis, j’ai décroché un emploi en contrat aidé en crèche avec des enfants porteurs de handicap, ce qui était mon projet à long terme. Je souhaite aujourd’hui m’orienter vers une formation de moniteur-éducateur.

Ce que je conseillerai aux autres jeunes, c’est de s’investir au maximum, de profiter de l’aide qu’on nous apporte et de ne pas seulement attendre l’allocation !

On m’a accordé 6 mois en plus en Garantie Jeunes pour atteindre mon objectif car même si, à court terme, j’ai trouvé du travail, sur le long terme, j’ai encore besoin d’aide pour trouver ma formation.

« Aujourd’hui, je vais bientôt avoir mon diplôme, et tout ça c’est grâce à la Garantie Jeunes. » Assitan, 20 ans

 

Je m’appelle Assitan, j’ai 20 ans, je viens du Mali et mon rêve c’est d’être aide-soignante.

Avant la Garantie Jeunes, tous les jours, je voyais ma conseillère, elle m’aidait à chercher du travail et des formations. Je me sentais découragée parce que j’avais déposé plusieurs CV, mais je n’avais pas d’entretiens. C’est grâce à elle que je suis venue en GJ.

Ce que je retiens de la Garantie Jeunes ? Rien… que le bonheur ! J’ai eu beaucoup d’expériences avec mes 4 stages, et actuellement je suis en formation Assistante de Vie aux Familles (ADVF). Ça m’apporte beaucoup de choses, même pour écrire et l’accent, c’est pas comme avant, j’ai progressé.

L’atelier expériences positives, c’était génial même si j’avais du mal à exprimer tout ce que je ressentais, les dessins que j’avais fait, j’ai pleuré, parce que j’avais du mal devant des gens, mais maintenant ça va mieux. Je me suis super bien entendu avec les autres jeunes du groupe parce qu’on s’amuse aussi des fois.

Delphine, ma conseillère, m’a fait des simulations d’entretien, elle m’a appris comment parler, elle m’a beaucoup aidé à chaque fois que je devais aller déposer mes CV. Je venais à la mission locale à chaque fois pour demander de l’aide, ça m’a beaucoup aidé qu’on vérifie et qu’on corrige mes lettres de motivation. Tout le monde m’a aidé ici. Ce que je retiens de la GJ, c’est toute l’expérience, si tu n’en as pas, tu n’as rien pour toi. J’étais très contente de pouvoir faire des stages en ayant l’allocation. L’argent m’a aidé, pour le pass navigo, les vêtements, etc. ça a changé beaucoup de choses pour moi.

Je conseillerai aux jeunes de venir tous les jours à la GJ : je ne sais pas comment expliquer, mais ça aide beaucoup. Aujourd’hui, je vais bientôt avoir mon diplôme, et tout ça c’est grâce à la GJ. Je conseillerai le dispositif à tous mes amis.

« La Garantie Jeunes m’a apporté la confiance en moi et de savoir donner mes points forts à un employeur. » Lauréna, 21 ans

Je m’appelle Lauréna, j’ai 21 ans. J’ai toujours rêvé de voyager et, au niveau professionnel, d’entrer en licence pro médiation culturelle.

Je suis entrée en Garantie Jeunes en juin 2017. Durant le premier mois d’ateliers collectifs, j’ai travaillé mon projet professionnel avec ma conseillère qui a utilisé le RIASEC (modèle RIASEC ou code Holland, mis au point par le psychologue John L. Holland, est une théorie sur les carrières et les choix vocationnels qui s’appuie sur les types psychologiques), ce qui m’a permis de voir que je devais reprendre des études pour pouvoir travailler dans le domaine de la médiation culturelle. Ce qui a confirmé ce projet, c’est la formation « Les ressorts de la motivation » qui nous a été proposée avec un formateur avec qui nous avons eu plusieurs ateliers. C’était super et en plus, j’ai pu faire la Tour Montparnasse en kapla ! J’ai trouvé que c’était un bon moyen pour faire passer le message qu’il faut trouver le bon équilibre entre risque et prudence pour monter le plus haut possible.

Au début, je ne voulais pas intégrer le dispositif, c’est mon père qui m’a obligée à m’inscrire. Je pensais que ça ne me servirait à rien mais finalement, ça m’a aidée. La Garantie Jeunes m’a permis de gagner en confiance en moi, de savoir donner mes points forts à un employeur et d’être capable de faire des démarches professionnelles seule.

Moi, j’avais une appréhension à travailler avec les enfants, mais j’ai accepté de faire un stage en ludothèque et ça s’est super bien passé ! Ma tutrice me laissait libre, sans règles trop strictes, ce qui me convenait. J’ai aussi travaillé à Pizza Hut où j’ai rencontré une équipe et un manager super ! Et pourtant, je ne voulais pas travailler dans le milieu de la restauration au début. Alors, si j’avais un conseil à donner aux autres jeunes, ce serait d’être patient dans ses démarches et de prendre le temps de bien se connaître avant de chercher un emploi ou une formation. Il ne faut pas se fermer de portes : faire des stages, même courts, ça permet vraiment de voir ce qui nous correspond et d’aller au-delà de nos idées négatives sur un domaine… ou un dispositif tel que la Garantie Jeunes !

Merci à toute l’équipe Garantie Jeunes !

« La Garantie Jeunes, ça aide à avoir les clés, les bonnes adresses et à organiser les recherches. » Evan, 22 ans

Je m’appelle Evan, j’ai intégré la Garantie Jeunes en avril 2017. Mon objectif était de trouver un emploi dans le secteur du commerce.

Durant mon parcours, on m’a proposé plusieurs ateliers. J’ai vu l’intérêt de certains, mais pas de tous. J’étais content de connaître mes compétences fortes par exemple. Je suis également allé dans des forums, où il y avait beaucoup d’entreprises, mais sur moi, ça n’a pas marché : aucune ne m’a rappelé.

Actuellement, je suis en contrat de professionnalisation à Cora (Ermont). J’ai commencé en novembre 2017 en tant qu’employé commercial. Ça a été un coup de chance car la personne qui était là est partie. Ça me plait parce que je suis dans les rayons : j’ai fait le rayon des jouets, c’est plutôt calme, celui de la papeterie, de la jardinerie, mais là c’est plutôt des stands, donc c’est plus difficile ; l’animalerie, ça va mais je préfère quand même le rayon jouets.

Même si tous les ateliers ne m’ont pas servi, j’ai quand même réussi à trouver un boulot et je ne me lève plus en me disant « qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui ? » Maintenant, je vais bosser.

Ce que je retiens aussi, c’est l’écoute, surtout par rapport à Pôle emploi et aussi faire des sorties, ça aurait pu être bien, pour s’aérer la tête : parcs japonais, cinéma, théâtre. Parce que si tu cherches toujours boulot boulot boulot, c’est trop !

Avant de rentrer en garantie jeunes, je postulais seul mais quand tu cherches du travail seul, c’est compliqué. La GJ, ça aide à avoir les clés, les bonnes adresses et à organiser les recherches.